Si vous ne voyez pas cette page correctement, cliquez-ici
Inscrivez-vous
moteur de recherche aide

rubriques | balade en France | contact | désabonnement | livre d'or | ajouter à vos favoris | en page d'accueil | publicité

 

«Découverte du Morvan»


Pays rude fait de montagnes de moyenne altitude - entre 400m et 900m - au relief marqué par des failles et des vallées profondes où courent des ruisseaux à truites. Son nom proviendrait de deux mots celtes qui signifiaient « Montagne Noire ».

Paysage de bocage bas planté de chênes de hautes tiges. Le réseau de vieux chemins constitue l'ancien réseau de communication. C'est un paradis pour les randonneurs. L'ondulation du relief crée un effet de vague qui guide la vue vers d'autres vagues et un moutonnement de lisières.

Au nord, le regard bute sur un horizon de relief et de crêtes boisées. Vers le sud, les forêts sont plus présentes et tendent à l'enrésinement. L'habitat se dissémine en fermes isolées et villages peu denses. Il se fond dans ce décor. Quelques bâtiments agricoles accrochent le regard. Les randonneurs sont ici privilégiés, et les chemins leurs feront découvrir la région, son environnement préservé et son air pur, ses habitants d'aujourd'hui et les vestiges de son passé chargé d'histoire.

Les Morvans

Le Morvan Nord -  Au Nord du Morvan, Vézelay, la «colline éternelle», était le lieu de pèlerinage par excellence : haut lieu de la chrétienté au Moyen Age, point de départ, lieu de rassemblement des Croisés comme de ceux qui cheminaient vers Saint-Jacques-de-Compostelle, mais aussi et avant tout aboutissement, but de ceux qu’attiraient les reliques de sainte Marie Madeleine. Son abbaye de la Madeleine, à la fois Romane et Gothique, a été classée patrimoine mondial par l'Unesco.

  Le bocage

Le Morvan ouvert - Si on emprunte le GR13 qui descend vers le Sud, on traverse d'abord le « Morvan ouvert », au relief doux, avec ses paysages ouverts. Remontant la vallée de la « Cure », il longe le lac du Crescent, l'un des six grands lacs du Morvan. Tous d'origine artificielle, les plus anciens ont été créés pour faciliter le « flottage du bois » de chauffage jusqu'à Paris, les plus récents pour répondre aux besoins en eau potable et en énergie électrique. Puis il atteint la zone centrale, le Haut Morvan des collines, pays secret où se mêlent intimement prairies et forêts. Les parcelles, très morcelées, sont souvent entourées de « haies » homogènes et très bien entretenues. De Saulieu à Vézelay, en passant par les prairies des marges de l'Auxois et la Vallée de la Cure, on découvre une grande variété de paysages ponctués de hauts lieux de l'architecture et la spiritualité.

Située entre le massif du Morvan et les plaines bourguignonnes, Saulieu a toujours été une ville étape et bien sûr la cité gastronomique dont la réputation, faite par les chefs Bernard Loiseau et Victor Burtin, dépasse largement nos frontières. C'est le lieu idéal pour qui veut rayonner dans la contrée. Les villages alentours les plus typiques ont pour noms : la Motte Ternant, le Brouillard, Vic sur Thil, Semur, Lacour d'Arcay, la Roche en Brenil, Rouvray, Abbaye de la Pierre qui Vire, Quarré les Tombes, Saint Germain des Champs, Chastellux, Saint André en Morvan, Bazoches, Domecy sur Cure, Pierre Perthuis, Pontaubert, Asquins, Vézelay.

La Montagne Morvandelle - L'aspect montagnard du sud Morvan est dû au contraste entre ses larges vallées et ses croupes massives plus qu'à l'altitude, relativement modeste, de celles-ci. Ce contraste est accentué par la forte pente des versants des monts Beuvray, Haut Folin, Genièvre, Préneley. Le paysage se distingue par des très grandes exploitations agricoles, héritage des vastes domaines seigneuriaux de jadis, vouées principalement à l'exploitation forestière et à l'élevage du charolais.

Le GR13 poursuit son cours vers le Sud et atteint la « Montagne Morvandelle ». Cette contrée faite de croupes massives présente des sommets presque plats et des versants à fortes pentes dominant des rivières encaissées. Son caractère « montagneux » est accentué par l’introduction de résineux. Les vallées s'élargissent, les monts couverts de forêts s'élèvent jusqu'à 900m au « Haut-Folin », le point culminant de la Bourgogne. Le GR arrive au Mont Beuvray, sur le plateau s'élevait l'ancienne Bibracte, capitale des Eduens. Vercingétorix y devint le chef des Gaules.
Le mont Beuvray  

C'est aujourd'hui un lieu de fouille pour des équipes européennes et on y trouve un musée qui rassemble des objets témoins de la vie quotidienne des Gaulois.

En sillonant cette contrée vous traverserait les localités suivantes : Saint Léger sous Beuvray, Poil, Larochemillay, Préporché, Onlay, ainsi que Roussillon en Morvan, Glux en Glenne, Saint Prix, la Grande verrière.


Habitat, activités et traditions

Le Morvan est une région naturelle caractérisée par son élevage, il est le cœur du berceau de la race bovine charolaise. Ces animaux, d’une remarquable conformation, produisent une viande maigre légèrement persillée recherchée par les bouchers et pour son absence de graisse de couverture. Le quart des emplois dans le Morvan relève de l'agriculture, mais celle ci reste importante par les surfaces qu'elle occupe, près de la moitié du territoire, et les paysages qu'elle compose. Cette agriculture a beaucoup évolué depuis un siécle. Le Morvan est désormais spécialisé dans l'élevage de bovins, mais d'ovins charolais. Le maintien d'une activité agricole respectueuse de l'environnement, est vital pour le Morvan. L'Habitat rural morvandiau est très dispersé ce qui est un trait commun des contrèes pauvres.


Les produits et saveurs - La gamme de fromages de chèvre comprend des fromages frais et plus ou moins affinés qui proviennent de petis élevages.

La Tome du Morvan, fromage à pâte non cuite, est fabriquée avec du lait de brebis, chèvre ou de vache. La charcuterie morvandelle traditionelle donne le jambon persillé et la renommée des jambons crus et saucissons du Morvan dépasse nos frontières. Les vins du Vezelay sont appéciés des gourmets et le Chardonnay aux arômes de fleurs blanches et de fruits frais est parfait pour accompagner les tourtes, jambon et fromages de chèvre...le Pinot noir au subtil parfum de griottes sera servi avec l'agneau charolais ou une volaille.
 

Ce terroir d'exception offre également un bocage unique où de nombreux étangs et cours d'eaux reflètent fermes, clochers romans et châteaux qui sont nombreux dans ce pays.

Ici, l'esprit province est très ancien, et profondément ancré. Un originaire du Morvan dira toujours : « je suis Morvandiau », au lieu de dire je suis Bourguignon ou Nivernais. Ici l'isolement du massif a permis de préserver intact un riche patrimoine linguistique, musical et oral. Très nombreux, les conteurs, musiciens et danseurs d'aujourd'hui se placent en situation d'absolue continuité par rapport à leurs anciens et réussissent la gageure d'allier authenticité et modernité. Le Morvandiau est très fier de ses racines.

La pêche en rivières 

Les truites sauvages de la Cure ou les ombres de l'Yonne, les sandres et les brochets des Settons et autres lacs,  vous laisseront les plus beaux souvenirs de pêche.

Naissant sur le flanc des collines granitiques et se frayant un chemin au fond des vallées parfois encaissées, les cours d'eau du Morvan ont souvent l'allure de petits torrents. Leur lit, constitué de blocs et de graviers, leur courantrapide, leur fraicheur et leur bonne oxygénisation en font des milieux propices à la truite, au chabot ou au vairon.

Faiblement minéralisées, les eaux du Morvan produisent des poissons généralement de petite taille. La Cure, Le Nohain, L'Aron coulent dans le Morvan ouvert et Nord.

« L'Aron », rivière de première catégorie jusque Cercy la Tour, coule d'Est en Ouest, elle prend sa source au nord de Chatillon en Bazois dans l'yonne pour rejoindre la Loire à Decize dans la Nièvre, auparavant elle aura arrosé d'amont en aval Saint Maurice, Montapas, Chatillon en Bazois, Limanton, Sarreaux, Isenay, Cercy la Tour.  Au delà de  Cercy elle passe en seconde catégorie jusque Decize, l'on pourra y pêcher le Sandre, le Brochet et de beaux Gardons en passant par Verneuil, Champvert, Saint Leger les Vignes.

Le Ternin, la Drée, la Celle, le Méchet, le Mesvrin sont des rivières de première catégorie, et toutes des affluents de « L’Arroux », qui coule du nord au sud, et constitue une frontière naturelle entre l’Autunois et le Morvan.

L'Arroux naît à Longecourt-les-Culètre au sud-est de la Côte d'Or, cheminant à travers la Bourgogne orientale, elle grossit, s'élargit, enrichie par ses affluents Méchet, Braconne et autre Mesvrin, lui donnant  force et caractère. Les blocs granitiques arrachés au massif du Morvan qui la domine à Étang sur Arroux sont des postes de chasse idéal pour la truite fario. Rivière à courant assez rapide, glissant vers le sud, elle rejoint la Loire sauvage à Digoin.

Rivière de deuxième catégorie piscicole, actuellement classée rivière à migrateurs (Alose, lamproie, anguille et saumon), l'Arroux fait l'objet de mesures visant à rétablir les possibilités de migration du saumon. Renfermant de nombreux cyprins et carnassiers, l'Arroux fait le bonheur des pêcheurs au coup et des pêcheurs de brochets. Les amateurs de pêche à la truite (toc, cuillère, mouche) préféreront, quant à eux, les rivières morvandelles (Méchet, Ternin, Celle, Corterin...) et autunoises (Papeterie....) qui abritent toujours de belles populations salmonicoles (Truite Fario).  Parcours intéressants : Laizy, Etang-sur-Arroux, Saint-Nizier…

« Le Ternin », Cette rivière recèle une population de truites intéressante dont la taille moyenne est d’environ 25 cm (présence également de gros poissons). Sa largeur et ses berges assez dégagées autorisent tous les modes de pêche avec une préférence pour l’ultra léger. Parcours intéressants : Chissey-en-Morvan, Lucenay l’Evêque, « Souvert ».

La Cure  

« La Drée », affluent de l'Arroux, cette rivière offre également aux pêcheurs, la pratique d’un grand nombre de techniques. Assez riche en truites aux environs d’Epinac, son cours aval devient le royaume des gardons, goujons et autres brochets. Parcours intéressants : Laizy, Epinac, Dracy-Saint-Loup, Igornay.

« La Celle », rivière poissonneuse, son débit est légèrement plus soutenu que celui du Ternin. Sa taille plus réduite sur sa partie amont limite la pratique de certaines techniques (mouche notamment). Ses affluents ne sont pas à négliger (Canche, Corcelière…). Attention toutefois aux portions de rivières privées. Cadre magnifique.

«La Canche», affluent de Celle, offre d’impressionnantes gorges au tracé tourmenté qu’un chemin de randonnée permet de découvrir. Site naturel classé, randonnée sportive.

«La Corcelière», affluent de la Celle est un cours d'eau, fort agréable, qui présente un intérêt pour le pêcheur à la truite.

« Le Méchet », accueille une bonne population de truites. Parfois boudeuses, elles se laisseront tenter par un vairon ou une sauterelle à la belle saison. Parcours intéressants de la Grande Verrière à Saint-Léger-sous-Beuvray.

« Le Mesvrin » est une rivière à truites de plaine alternant radiers et grands calmes. La présence de nombreux cyprinidés d’eau vive ne doit pas être un frein à sa fréquentation. Si les truites sont moins nombreuses que sur les autres premières catégories, leur taille est souvent plus importante.
la Tour de la Motte Forte...

Arnay le Duc  

Petite localité située sur un axe entre Paris et le Midi de la France, le pays d'Arnay le Duc est une zone de transition entre le Morvan et l'Auxois, il ouvre également une porte sur l'Autunois. Derrière le chevet de l'Eglise, la Tour de la Mote-Forte (XVe) est le seul témoin visible de la grandeur du château féodal détruit par les Huguenots lors des guerres de Religion. Du haut de cette magnifique tour crénelée, on embrasse un magnifique panorama. Elle abrite aujourd'hui des expositions de peinture. Dans la cour du chateau des princes de Condés, construit au XVIe siècle, on pourra voir les vestiges de remparts du Xe siècle.

Installée en 1980 dans les anciens hospices Saint Pierre (XVIIe), la Maison des arts de la table est vouée à la célébration des ustensiles, de la littérature et des produits gastronomiques. Les collections permanentes d'étains et de céramiques y côtoient de très belles expositions temporaires.

Le Morvan est devenu un pays privilégié pour tous ceux qui recherchent la beauté des paysages, le calme et le repos au contact de la nature et des hommes qui l'ont façonné. On y pratique dans un environnement exceptionnel, toutes les activités de pleine nature.

Gérard Briffoteaux

Paris le 01/06/2004

 

Hôtels et restaurants

Gîtes ruraux

Pêche et loisirs

Villes & villages

réagir, écrire

contact | désabonnement | problème technique | ajouter à vos favoris | en page d'accueil | publicité

mise à jour le
 Visiteurs